Rencontre avec une femme du dialogue echangisme.com

Voilà bientôt six mois que je fréquente Cindy, une charmante et jolie brune de 18 ans. Entre sa jalousie et faire partie de ses meubles, j'avais du mal à souffler, respirer.
Un jour, alors que j'attendais le bus, une femme blonde, grande au sourire charmeur s'approcha de moi et me proposa de venir boire un verre chez elle sans autre formalité. Un peu troublé au début, mais excité par cette proposition peu ordinaire, j'acceptais volontiers.
Elle s'appelle Christelle. Chez elle, je lui expliquais à quel point Cindy était possessive. Elle éclata de rire m'expliquant que sa petite amie l'était aussi avant qu'elle ne fasse ses valises. Je lui demandais pourquoi elle m'avait proposé ce verre, et elle me répondit que mon air rêveur à l'arrêt de bus l'avait fait craquer. Je ne m'attendais vraiment pas à cette réponse. « Mais je préfère les femmes » me dit-elle. Après le verre, on s'est échangé les téléphones et un baisé à peine effleuré. Je rentrais chez moi avant que Cindy ne soit là.

Sanaa
Affalé dans le canapé, devant, un verre de whisky à la main, je pensais à elle. Cindy n'était pas encore rentrée de chez sa mère. Tout à coup, le téléphone sonne. C'était Christelle. Elle m'invitait à sortir, ce qui était exclut, Cindy m'aurait fait la tête pendant une semaine si elle ne me trouvait pas à son retour. Je profitais de l'occasion pour lui dire qu'elle me plaisait, que j'avais envie d'elle, et voulais la revoir. Rendez-vous fut prit le lendemain. Le lendemain, avec une impatience incontrôlable, je me rendais au lieu prévu.
Il pleuvait fort, et c'est mouillés que nous nous sommes retrouvés. Christelle portait un bob blanc sur sa tête, son sourire toujours là, elle avait aussi un tee-shirt blanc, devenu transparent sous la pluie battante, qui présentait la pointe de ses seins au ciel. Un pantalon de treillis enveloppait ses hanches avec un foulard jaune fluo en guise de ceinture. Je l'emmenais chez moi. Arrivé dans la cage d'escalier de mon immeuble, j'enlevais le noeud du foulard, et lui ôtais, en lui demandant d'attendre un instant. Je galopais dans les escaliers et entendit le bruit de la douche. J'entrais dans la salle de bains, baignée de vapeur.
J'attendis que Cindy sorte de la douche. « Tu veux jouer à un jeu ? » lui demandais-je. Alors je lui bandais les yeux avec le foulard de Christelle, et l'installais sur le lit pour l'y attacher avec des collants, les bras ouverts et les jambes écartées. « Je reviens », je fis entrer alors Christelle dans l'appartement, à pas de loup.
Le doigt sur la bouche pour lui demander le silence, j'ouvrais la porte de la chambre où Cindy patientait. Pour signifier mon retour à ma victime je lui caressais le haut des cuisses et glissais ma langue dans sa fleur touffue, elle commençait à se tortiller. Parfois je me retournais et voyait ma nouvelle amie qui se caressait. Elle avait enlevée son bob et son tee-shirt trempé pour masser ses seins. Tout à coup, elle se leva sortit de la chambre et revint en me tirant la cheville. Elle avait dans ses mains un rasoir et une bombe de mousse. Après s'être mise nue, elle prit ma place entre les jambes de Cindy. Dès qu'elle commença à appliquer la mousse, Cindy lâcha un râle.
Je ne résistais pas à la tentation de la fente de Christelle offerte à mes yeux, et y glissais deux doigts. Bien vite je senti son liquide chaud couler dans ma main, et n'y tenant plus, je laissais mon gland la pénétrer doucement. C'était tiède et accueillant. Je fouillais de plus en plus profond quand soudain elle me repoussa. Elle avait fini. Il ne restait plus qu'un "V" sur le bas ventre de Cindy et son bouton qui perlait. Je repris ma place initiale et gouttait au parfum de menthe.

Sana
Christelle avala soudain mon champignon et se mit à le traire, la bouche humide et baveuse. Sous ma langue experte Cindy jouissait, moi, je sentais une violente envie d'exploser. Je me redressais et partis droit dans la bouche de Cindy où je cherchais sa gorge pour y déposer ma semence. Christelle se doigtait et déposait son nectar sur mes lèvres en feu. Sans que j'eu le temps de réagir, elle s'accroupit sur les lèvres à Cindy qui, surprise, hurla. Christelle se révéla alors dominatrice et lança à Cindy « Jusqu'a maintenant t'a aimé ce que je t'ai fait, alors fais en autant, sinon on ne te libèrera pas. Fait pas la gueule, sort ta langue ». Sans demander d'explication Cindy s'exécutait. Je lu alors dans le regard de Christelle que mon tour était passé, et que le sien était venu. Je leur laissai l'espace du lit, et profitais du spectacle. Cindy semblait apprécier de goûter ce nouveau plaisir. Christelle était experte dans son rôle, et savait y faire avec les femmes. Elle caressait les seins de Cindy, descendait sur sa chatte rasée, pénétrait sa vulve humide. Cindy joui plusieurs fois, Christelle à chaque fois semblait jubiler.
Plus tard, une fois Christelle partie, je détachais Cindy et lui débandais les yeux. Elle prit le foulard jaune entre ses doigts, me regarda alors et me lança « tu peux l'inviter dimanche prochain ?».

Retour à la liste des récits Echangistes
Vous désirez être informé des nouvelles histoires de couples, inscrivez-vous à notre newsletter

  • Contactez-nous:
  • Par email - Téléphone : 01 84 16 10 14
  • de 9h à 18h du lundi au vendredi.
  • Suivez-nous:
  • Echangisme sur Facebook   Echangisme sur Google Plus