Ma femme en infirmière

Après un accident de cheval, je restai alité quelques semaines, profitant pleinement de ma convalescence. Ma femme Alexandra, une très jolie sénégalaise, s’occupait bien de moi. Trop bien même. Elle réalisait par mon biais un de ses fantasmes secrets. Celui de l’infirmière qui se tape ses patients. Dès qu’elle entrait dans la chambre, elle était vêtue d’une blouse d’infirmière, totalement nue en dessous. Au départ surpris par ce manège, je rentre bien volontiers dans son petit jeu. Une nuit, j’entendis la porte de la chambre s’ouvrir. Alexandra entra sa blouse d’infirmière tomba très rapidement, ma déesse était là, nue devant moi, son corps magnifique libre de tout vêtement. J’embrassais ma belle avec fougue, puis fis descendre ma langue vers sa poitrine dont je suçais longuement les tétons en les tripotant. Ensuite, je noyais mon visage entre ses seins pour mieux respirer leur délicieux parfum et sentir leur douce chaleur sur mon visage. Après m’être enivré de ce délicieux nectar, je descendais le long de son ventre vers son sexe, en la léchant. Arrivé entre ses jambes je m’adonnais une fois de plus à l’un des mes jeux de l’amour préféré, à savoir lécher une belle chatte bien humide et goûter au divin liquide s’écoulant entre les cuisses d’une femme lorsqu’elle est excitée. Enfouir mon visage dans l’intimité de ma douce est un plaisir dont je ne me lasse pas et cette fois encore je léchais son sexe avec passion. Je goûtais avec volupté à ses lèvres, son clitoris et enfonçais ma langue le plus loin que cela m’était possible dans sa chatte chaude et humide. Je léchais avec gourmandise et noyais mon visage dans sa féminité, me barbouillant des liquides de son vagin. Pour que je puisse reprendre mon souffle, je laissais mes doigts prendre le relais de ma langue, pendant que l’une de mes mains s’appliquait sur son clitoris, l’autre s’attardait sur les lèvres de son sexe. Fidèle à mon habitude je menais mon amour à l’orgasme grâce à mes caresses buccales et digitales. Lorsqu’elle jouit son corps tressaillit sous le plaisir intense, la beauté de ce spectacle m’excita un peu plus que je ne l’étais déjà. De mes mains j’écartais en grand les jambes d’Alexandra en les saisissant sous les genoux et approchais mon sexe tendu à l’extrême par le désir.


Mon infirmière black
Avant de la pénétrer je caressais son clitoris et les lèvres de son sexe grand ouvert avec mon gland, elle appréciait la caresse mais brûlait d’impatience d’être empalée. Délicatement lentement j’entrais mon pénis dans la caverne des plaisirs, humide, chaude et délicieusement douce. Lentement je me mis à limer Alexandra, à aller et venir entre ses jambes de déesse, puis j’accélérais pour la baiser avec force. Elle gémissait de plaisir sous mes coups de butoirs, nos corps se rencontrait avec force à chaque va et vient en un son de claque. En ralentissant les allés et venues de mon sexe, je vins poser mon visage entre ses seins, elle les saisit en les caressant pour m’emprisonner entre eux. Je glissais mes mains sous ses fesses pour à nouveau la pénétrer à grands coups en agitant frénétiquement mon bas ventre. Je continuais jusqu'à ce que je sente que mon sexe était au bord de l’éjaculation. Là je changeais de méthode et donnait d’abord une série de petits coups avec le gland avant de rentrer tout mon pénis avec force, arrachant à chaque fois un cri de plaisir à ma femme. Au bout de quelques minutes de ce traitement, pendant lesquels j’avais bien du mal à ne pas jouir, Alexandra poussa ce cri ressemblant presque à un gémissement qui annonçait qu’elle jouissait. Sentant que je pouvais encore me retenir, je continuais à lui faire l’amour pendant qu’elle jouissait. A peine remise de l’orgasme elle prit mon visage dans ses mains en me regardant dans les yeux et me murmura qu’elle aimerait que le patient prenne l’infirmière par le cul. Je me mis à lécher son anus déjà humidifié par les secrétions vaginales qui avaient coulé entre ses fesses. Je léchais avec plaisir, puis me mis à jouer avec son cul de mes doigts, tripotant son anus avant d’y glisser mon index. Alexandra accueillit mon doigts avec un gémissement de plaisir. Après avoir doigté son anus tout en le léchant, j’en approchais mon sexe, je ne maîtrisais plus mon impatience. Malgré mon empressement j’introduisis délicatement mon pénis dans son anus, ma queue entra sans difficulté sous les « oui » d’encouragement de mon épouse. C’était magnifique de sentir mon sexe entièrement enfoncé dans ce cul plantureux, je sentais avec délice l’anus emprisonner ma virilité. Je me mis à aller et venir avec douceur, c’était formidable de goûter au cul de ma belle sous ses encouragements. Trop formidable en fait, je sentais que je ne tiendrais plus bien longtemps, mon pénis ne demandait qu’à jouir et à vider mes couilles dans le derrière de ma Vénus d’ébène. En un ultime effort je la baisais avec plus de force et de rapidité jusqu’à éjaculer avec volupté ma semence dans le cul de ma belle. L’orgasme fut si fort que je ne pus m’empêcher de pousser un long gémissement de plaisir avant de m’écrouler sur ma femme. Une fois tout deux remis de notre jouissance, nous avons utilisé la salle d'eau pour prendre une bonne douche pendant laquelle nous nous sommes longuement frottés l’un contre l’autre. C’est après cette toilette, qui donna lieu à de tendres caresses, que Alexandra me quitta pour se reposer dans la chambre qu’elle occupait en attendant de rejoindre le lit conjugal (quand tu seras rétabli me répétait-elle). Je sombrais rapidement dans un sommeil plaisamment hanté par les formes voluptueuses de ma compagne.

Retour à la liste des récits Echangistes
Vous désirez être informé des nouvelles histoires de couples, inscrivez-vous à notre newsletter

  • Contactez-nous:
  • Par email - Téléphone : 01 84 16 10 14
  • de 9h à 18h du lundi au vendredi.
  • Suivez-nous:
  • Echangisme sur Facebook   Echangisme sur Google Plus